Trucs & astuces

Trucs et astuces de maConstruction.be

Courts, simples et utiles, ils sont destinés à améliorer votre bâtiment existant ou vous guider dans votre projet de construction ou de rénovation.


  • Pour éviter d’interminables discussions après un chantier en mitoyenneté, faites réaliser un état des lieux avant et après travaux tant chez les voisins concernés que chez vous. Vous pourrez ainsi déterminer les éventuels dégats induits par les travaux réalisés.
  • Les jonctions entre les seuils, les châssis et les enduits de façade nécessitent toute une série d’accessoires et de joints compressifs pour assurer leur étanchéité. Veillez à ce qu’ils soient placés.
  • Certains isolants de façade destinés à être enduits peuvent être collés, chevillés ou agrafés. Vérifiez ce qu’il en est en fonction du produit que vous aurez sélectionné.
  • Dans une construction à appartements, les balcons et terrasses sont généralement des parties communes dont vous pouvez profiter de la jouissance. Vous devrez également en assurer l’entretien.
  • Une assurance Tout Risque Chantier n’interviendra généralement pour couvrir les dommages chez vos voisins qu’à la condition qu’un état des lieux avant et après travaux ait été réalisé.
  • Un système d’enduit sur isolant est un système fermé qui nécessite d’utiliser tous les composants d’un même fabricant même si les produits proposés par une autre marque y ressemblent fortement.
  • Des travaux de reprises et de modifications de fondations sur un mur mitoyen vont engendrer des microtassements du sous-sol et des dégâts plus ou moins importants chez vous et chez votre voisin
  • Lors d’une recherche de fuite dans un appartement, ne perdez pas de vue que certaines canalisations d’adduction et d’évacuation font partie des communs de l’immeuble. Vous ne pouvez pas y intervenir sans l’accord de la copropriété ou du syndic.
  • Avant de démarrer votre chantier relatif à une habitation, pensez à demander les attestations en assurance décennale des différents intervenants.
  • Si vous construisez un mur sur une limite de terrain avec votre voisin, évitez de construire un mur plein et discutez avec votre voisin pour déterminer la composition de ce mur en fonction de ce qu’il compte faire sur son terrain également.
  • Lors de la construction d’une piscine, songez à laisser un maximum de techniques accessibles pour pouvoir les réparer en cas de problèmes.
  • Lors de l’achat dans une résidence à appartements, renseignez-vous au préalable quant aux frais qui sont engendrés dans les parties communes et la proportion que vous devrez prendre en charge.
  • Le mesurage des châssis est à réaliser une fois le gros-œuvre terminé. Si les mesures sont prises sur plans, il faudra définir à qui incombera le risque de cette prise de mesure.
  • Lors d’un changement de châssis, prévoyez également des aérateurs afin de ne pas vous retrouver coincés par la suite lorsque vous voudriez rénover et isoler vos façades
  • L’isolation, la ventilation et l’étanchéité à l’air sont indissociables. Une porte pour personne à mobilité réduite devra présenter une largeur de 90 cm minimum et une zone de manœuvre de 50 cm libre de tout obstacle du côté de la poignée.
  • Pour les robinets extérieurs, prévoyez un système de fermeture du circuit depuis l’intérieur, et également, soit un robinet autopurgeant (qui coule encore un peu une fois fermé), soit un système de purge de ce circuit pour éviter des problèmes dus au gel.
  • Une fois les plans électriques réalisés, avant de donner votre feu vert à l’exécution des travaux, effectuez un tracé de ceux-ci sur place avec l’électricien. La réalité sur place est parfois bien différente de la perception sur plans.
  • Pour vos décharges d’eaux usées, il est possible de prévoir des matériaux tels que le PE-HD qui offrent de meilleures performances acoustiques que le PVC . Le coût ne sera toutefois pas identique.
  • Avant de réaliser des poutres en béton ou des éléments de fondations, faites placer des réservations d’un diamètre un peu supérieur au diamètre du tuyau qui devra y passer par la suite. La pose de ces éléments sera bien moins coûteuse à ce stade que si des percements doivent être réalisés par la suite.
  • Avant de parachever les bas de versants de vos toitures, vérifiez que les sorties de hotte, de ventilation et de chaudière sont toutes placées pour ne pas devoir abimer le travail fraichement achevé.
  • Avant leur mise en route et avant l‘ouverture des compteurs en cas de nouvelles constructions, une chaudière et toute installation de gaz devront être réceptionnées par un organisme agréé.
  • Lors des travaux de toiture (rénovation ou construction neuve), faites placer des tuyaux de descente provisoires afin de limiter les déversements « sauvages » en pied du bâtiment ou sur les éléments de gros-œuvre déjà posés.
  • Après la pose de vos châssis, si des travaux d’enduisage ou de chape doivent encore être réalisés, protégez ceux-ci, surtout les châssis en PVC s’ils sont recouverts d’un fil de finition : ce fil pourrait être abimé lors de la suite des travaux.
  • Pour tous les travaux qui induisent des interventions de plusieurs corps de métier, simultanément ou consécutivement, la nomination d’un coordinateur sécurité santé sera nécessaire.
  • Tout enduit sur isolant en façade va nécessiter un enduit différent pour les 20 à 30 cm inférieurs : celui-ci devra être plus résistant aux chocs et aux éclaboussures.
  • N’hésitez pas à photographier tous les éléments mis en oeuvre sur votre chantier, ainsi que les emballages et boîtes de conditionnement : cela vous permettra d’identifier ce qui a été placé par la suite.
  • Un pare-vapeur doit être continu et non troué, à défaut son efficacité sera fortement réduite. Il existe de nombreux moyens de réaliser les jonctions avec les murs, les ouvertures et les autres pare-vapeurs. Le tout est d’utiliser le produit adapté.
  • L’adaptation d’un bien pour y poser un ascenseur va fréquemment induire des questions structurelles qui nécessiteront un permis d’urbanisme et l’intervention d’un architecte.
  • Pour tous les ouvrages peu accessibles (coupoles, toitures plates…), envisagez les possibilités d’entretien au stade des avant-projets afin d‘éviter de devoir mettre en œuvre des solutions couteuses par la suite.
  • Une stagnation d’eau sur une toiture plate est acceptable (et souvent inévitable) tant que celle-ci ne génère pas d’infiltrations.
  • Un carrelage dans une douche n’est pas fait pour être posé sur plafonnage, celui-ci risque de gonfler sous l’effet de l’eau s’infiltrant au travers des joints. Un cimentage est au minimum nécessaire, ainsi que la pose d’une membrane d’étanchéité noyée dans ce cimentage.
  • Le protocole de certification énergétique des biens existants ayant été mis en place en 2010 en Wallonie et la validité des certificats étant de 10 ans, n’oubliez pas de mettre à jour vos certificats énergétiques qui viendraient à échéance.
  • Lors de rénovation d’une installation de chauffage, pensez à positionner judicieusement le thermostat d’ambiance et à laisser l’éventuelle vanne thermostatique placée dans ce local en position ouverte. À défaut, la régulation du chauffage s’en trouvera faussée.
  • Si des infiltrations survenaient par votre toiture plate et que celle-ci est réalisée en structure bois, en plus de la réfection de l’étanchéité, vérifiez que les infiltrations au sein de celle-ci n’ont pas provoqué de dégâts ou d’humidification de l’isolation.
  • Lors de toute modification technique pendant votre chantier, demandez à connaître les tenants et aboutissants, tant financiers que sur le délai du chantier afin d’éviter des discussions par la suite.
  • La responsabilité décennale concerne les éléments qui portent atteinte à la stabilité ou la solidité d’une construction en tout ou en partie ou qui sont susceptibles d’y porter atteinte.
  • Pour ce qui est des suppléments sur un chantier, retenez que tout travail complémentaire devrait faire l’objet d’un accord écrit préalable quant aux modifications de prix qu’il induit.
  • Pour les travaux susceptibles de générer des nuisances par rapport au voisinage, pensez à prévenir ceux-ci et à leur transmettre les horaires de travail prévus, il est toujours plus facile de supporter une gêne et de s’organiser en conséquence quand on en connaît la durée.
  • Avant de démarrer vos chantiers privés de gros-oeuvre ou de toiture de moins de 500.000 €, demandez aux intervenants (architectes et entrepreneurs) de vous transmettre l’attestation de leur assurance en responsabilité décennale.
  • Lors de pose alternée pour des carrelages de formats rectangulaires, préférez une pose 1/3, 2/3 afin de limiter les hors plans qui risqueraient de se marquer au centre des carreaux, il s’agit de l’endroit où les déformations se marquent le plus.
  • Si les blocs de maçonneries dans certaines pièces comme les buanderies ou les garages, sont destinés à rester apparents, la découpe de ceux-ci devra être soignée et le rejointoyage sera réalisé lors de la mise en œuvre de ces blocs et non à postériori.
  • Lors de la rénovation d’une toiture plate, pensez à faire contrôler l’état de l’isolation et du pare-vapeur, il s’agit d’une occasion unique de les mettre en conformité.
  • En complément de l’esthétique du carrelage, faites également le choix de la couleur du joint qui peut modifier fortement l’aspect final.
  • Pour poser un receveur de douche de 90 x 90, prévoyez 1 cm complémentaire dans chacune des directions afin de permettre de placer la couche de pose avant le carrelage.
  • La pose des portes s’effectuant après pose des carrelages et des revêtements de sol, il est normal de terminer la pose des plinthes après celle-ci.
  • Avant la pose de vos châssis, expliquez bien au poseur quelle est l’esthétique que vous souhaitez pour les jonctions à réaliser avec les éléments de façades, parement ou bardage. Il est toujours plus facile de le spécifier avant que de le faire corriger une fois qu’ils seront posés.
  • En cas de doute sur la nécessité d’un permis d’urbanisme pour des travaux que vous envisagez, n’hésitez pas à appeler votre service communal de l’urbanisme, et une fois la réponse obtenue, confirmez-la par mail.
  • Plus le format de carrelage que vous souhaiterez faire poser sera grand, plus la chape devra être plane pour éviter les désaffleurements et les hors-niveaux.
  • Si vous posez l’isolant sous la chape de pente d’une toiture plate, celle-ci va être soumise à des contraintes qui risquent de faire fissurer les périphériques de votre toiture.
  • Lors de la commande de portes ou de fenêtres en bois de dimensions importantes, veillez à prévoir assez de points de fermetures pour contrer les déformations : 3 ou 4 sont le strict minimum.
  • Si des fouilles doivent rester ouvertes sur une longue période en attendant la réalisation des fondations pour des raisons climatiques ou organisationnelles, il est possible que le niveau des terres doive être contrôlé et redescendu avant la réalisation des fondations.
  • Les fixations d’un bardage en bois doivent être adaptées à la section des pièces qui le composent. Certaines règles existent et sont à respecter pour éviter une instabilité ou un arrachement en cas de vents importants.
  • Ne prévoyez pas de trop petits diamètres pour les évacuations de vos lavabos et de vos lave-mains. Le risque de bouchon est d’autant plus important que le diamètre sera réduit.
  • Dans le cas de rénovation ou de reconstruction de toiture, pensez à faire placer des éléments de pare-vapeur aux endroits adéquats lors de la pose des éléments porteurs, cela peut vous permettre d’éviter les raccords difficiles à réaliser par la suite.
  • Pour les murs à coulisse, il est conseillé de monter dans un premier temps le mur porteur et ensuite de placer l’isolant afin d’assurer la continuité de celui-ci.`
  • L’étanchéité à l’air d’un mur est en grande partie assurée par son enduisage. Il faudra veiller aux détails en pied et en tête de mur, ainsi qu’aux raccords avec les autres parois.
  • Lorsque de l’humidité est présente dans un mur, faites vérifier la présence de sels hygroscopiques qui pourraient fausser la plupart des appareils de détection. Des bandelettes prévues à cet effet et peu couteuses sont disponibles sur le web.
  • Pour éviter la surchauffe dans vos constructions, rien ne vaut les protections extérieures en combinaison éventuelle avec des vitrages à faible facteur solaire (qui laissent rentrer peu d’énergie dans le bâtiment).
  • Si vous enduisez une construction en ossature bois d’un enduit sur isolant, vérifiez auprès du fabricant de l’enduit sur isolant les éléments de renforts à placer au droit des planchers des étages dans la façade pour éviter les déformations dues aux mouvements de l’ossature.
  • Lors de constructions neuves ou de rénovations lourdes, pensez à prévoir un maximum de volume de réserve d’eau. Si cet hiver a été très pluvieux, les périodes de sécheresse en été sont de plus en plus longues.
  • Pour éviter la surchauffe, surtout des pièces en toiture possédant des fenêtres inclinées, une protection solaire extérieure sera bien plus efficace qu’une voile ou un store intérieur.
  • Il est possible que les couvercles métalliques des chambres de visite arrivent rouillés sur chantier. Prévoyez par l’entreprise intervenante ou par vous-même un traitement antirouille afin d’éviter que ces phénomènes ne s’accentuent.
  • En cas de construction en ossature bois, veillez à ce que l’entreprise prenne toutes les précautions nécessaires pour éviter des dommages dus à l’humidité pendant le chantier.
  • Une fissuration dans une dalle de béton ou dans une chape est susceptible de se produire même en l’absence de problème de stabilité. Prévoir une quantité suffisante d’armatures ou des traits de sciage pour canaliser les éventuelles fissures constitue des sages précautions.
  • Un bardage en bois peut recevoir un traitement lui conférant une certaine résistance au feu. Ce type de traitement nécessitera toutefois une période d’entretien entre 5 et 10 ans.
  • Tous les bois de structure qui sont posés depuis plusieurs années devraient présenter une certification CE indiquée sur ceux-ci. Cette certification garantit la qualité des bois, mais également les produits de préservations avec lesquels ils ont été traités.
  • Avant d’effectuer des travaux à proximité d’autres habitations ou contre d’autres habitations, faites réaliser un état des lieux de celles-ci. À défaut, ce sera à vous de prouver que vous n’avez pas généré les dommages que vos voisins allégueraient consécutivement à vos travaux.
  • La composition d’un enduit sur isolant sera choisie en fonction de l’environnement. Il ne sera pas de même composition, en ville dans un village ou dans un environnement boisé. Ces composants seront étudiés en fonction des différentes sollicitations climatiques.
  • Lors du choix d’un bardage en bois pour une ou plusieurs de vos façades, renseignez-vous quant aux contraintes et à la période d’entretien de la solution que vous envisagez.
  • En cours de chantier, pensez à faire placer des descentes d’eau provisoire et à protéger vos maçonneries, cela évitera les phénomènes d’efflorescences par la suite. Ils sont peu esthétiques surtout sur des maçonneries foncées.
  • Un dégraisseur est à entretenir au minimum une fois par an. Après sa pose, commencez par une période de 6 mois et ajustez celle-ci en fonction de ce que vous constaterez comme accumulation de graisses à évacuer.
  • Lors de la conception de votre nouvelle cuisine, prévoyez suffisamment d’espace pour le tri et la gestion des déchets. Ces espaces sont trop souvent négligés.
  • Pour se débarrasser d’efflorescences sur vos maçonneries, brossez-les à sec et ensuite, traitez-les à l’aide d’un traitement chimique prévu à cet effet.
  • Pour les jonctions délicates de vos toitures plates, il existe des colles permettant de souder des membranes bitumeuses et des membranes EPDM. Si vous optez pour cette solution, vérifiez bien la comptabilité des produits, ainsi que les conditions de mise en œuvre pour garantir une bonne adhérence.
  • Des briques peintes représentent une solution esthétique attrayante. Vérifiez toutefois la comptabilité de cette finition avec l’épaisseur du vide dans le mur s’il y en a un, et de la position des éventuels isolants dans ce même mur afin d’éviter une détérioration prématurée de cette peinture.
  • Si vous souhaitez laisser les blocs apparents en intérieur, pour un mur à coulisse, les blocs portants devront être enduits sur leur face extérieure afin d’assurer l’étanchéité à l’air.
  • Pour garantir un accès aux personnes PMR à une construction, on limitera la différence de hauteur à franchir au droit des seuils à 20 mm.
  • Les hauteurs des remontées des rives de toitures peuvent varier entre 0 cm et 15 cm selon la pente de la toiture calculée parallèlement à cette rive. En cas de doute, prévoyez si possible au minimum 15 cm.
  • Avant d’isoler un mur creux par l’extérieur, si il présente une coulisse (vide d’air), il est conseillé de prévoir au préalable une isolation de ce vide par remplissage.
  • Afin de garantir un remplissage et une étanchéité efficace dans les coins entrants entre vos faïences murales, privilégiez les joints souples. L’entretien sera également plus aisé.
  • En cas de découverte de Radon, des systèmes de ventilation interne au bien, mais également sous celui-ci, seront nécessaires. Ils seront plus faciles à mettre en œuvre en construction neuve qu’en rénovation.
  • Pour se développer, la mérule a besoin d’humidité, de chaleur, d’absence de ventilation et d’absence de lumière. En cas d’infiltrations d’eau dans un complexe de toiture en bois, veillez à permettre un séchage adéquat de celui-ci pour éviter ce genre de désagrément.
  • Pour vos salles de bain, si vous souhaitez faire poser des robinetteries encastrées, veillez à ce que les cloisons pour les poser soient assez épaisses et permettent ce type de pose.
  • Avant d’acheter un bien, vérifiez auprès de votre administration communale s’il se situe en zone de résurgence de radon. Si c’est le cas, vérifiez que le bien envisagé possède les systèmes de ventilation nécessaires.
  • Lorsque vous recevez du monde en période de confinement, dans le respect des mesures sanitaires, mettez hors service la recirculation d’air éventuelle de vos groupes de ventilation afin de ne pulser que de l’air neuf dans votre construction.
  • Un carrelage mural et ses joints ne sont jamais parfaitement étanches. Pour les douches et les pourtours de bain, prévoyez des membranes étanches à noyer dans le cimentage avant la pose des faïences.
  • Même au droit des coupoles ou des fenêtres de toiture, les remontées d’étanchéité doivent être de 15 cm minimum. Si vous êtes trop juste, des rehausses existent pour permettre de respecter cette imposition. À défaut, en cas de neige, vous pourriez constater des infiltrations en intérieur.
  • Faites vos choix de carrelage à temps, il faut parfois plusieurs semaines pour faire livrer le carrelage de vos rêves, après mise en commande.
  • Pour isoler une toiture plate, privilégiez les systèmes qui permettent une isolation continue sur le support plutôt que dans l’épaisseur de la structure (généralement en bois) : les conditions de mise en œuvre de cette dernière solution sont très restrictives : humidité ambiante, humidité des bois de supports, ensoleillement de la toiture
  • En cas de découverte de petits tas de sciure sous vos meubles ou sous vos poutres, soyez vigilants : des insectes xylophages sont sans doute en train de se creuser des galeries pour y pondre. Faites appel à des sociétés spécialisées pour éradiquer le phénomène.
  • Demandez le type de traitement des bois posés dans toutes les constructions afin d’éviter les détériorations par des problèmes d’humidité et par des insectes xylophages.
  • N’oubliez pas que tout matériel de toiture oblique nécessite un minimum de pente. En dessous de celui-ci, l’étanchéité ne sera plus assurée.
  • Les matériaux de couverture en zinc doivent être ventilés afin d’éviter des phénomènes dits de farinages, dégradant leurs finitions de surface et leur structure.
  • Exigez des éléments de maçonnerie labélisé CE : vous aurez généralement la garantie que ceux-ci sont non gélifs.
  • Veillez à ce que vos couvre-murs, quels que soient les matériaux choisis, possèdent des casse-gouttes afin de ne pas engendrer de trainées et de coulées sur les parois sous-jacentes.
  • En cas de sorties de hotte, de ventilation ou chaudière en toiture plate, veillez à ce que ceux-ci n’entravent pas le bon écoulement des eaux et se situent de préférence sur des points hauts de la toiture en question.
  • Lors des changements ou placements de châssis, vérifiez si un accessoire de ventilation doit y être placé afin de ne pas générer plus de problème en changeant le châssis qu’avant cette opération.
  • En cas de doute quant aux sens d’ouverture de vos châssis, demandez des confirmations à votre fournisseur afin d’éviter toutes discussions désagréables par la suite.
  • Lors de la mise en œuvre de charpente, pensez à intégrer, entre les éléments qui le nécessitent des bandes de pare-vapeur, vous gagnerez en facilité et en qualité de travail par la suite.
  • Tous les éléments en bois posés en extérieur doivent être entretenus. Si vous ne savez pas comment, posez la question à l’entreprise qui les pose.
  • Afin d’éviter d’obtenir des petites découpes inesthétiques dans vos maçonneries de parement, prévoyez avec l’entreprise de réaliser un montage à blanc au sol afin de positionner les fenêtres en fonction de la modulation des briques.
  • Lorsque vous changez vos portes et châssis, retenez que pour tous changements d’aspects, il est prudent de vous renseigner au préalable à l’administration de l’urbanisme des démarches éventuelles à effectuer.
  • Il existe de plus en plus de protections solaires qui se déploient automatiquement dès que le soleil pointe son nez de manière plus intense. Sous nos climats qui ont tendance à se réchauffer, il s’agit d’un avantage à ne pas négliger.
  • Pour toutes les assurances que vous souscririez pour votre chantier, vérifiez le montant des franchises et les causes d’exclusion.
  • En constructions neuves, comme en rénovations lourdes, retenez que chaque modification des isolants ou des systèmes de chauffage, sanitaires ou de ventilation doit être validée par le responsable ou le conseillé PEB (selon les région).
  • Dès qu’une installation électrique est modifiée, il sera nécessaire de la faire réceptionner. Pour ce faire, votre électricien devra fournir un plan de position des différents systèmes électriques posés et un schéma unifilaire.
  • En ville, dès que vous intervenez plus bas que le niveau des bâtiments voisins, pensez à faire réaliser un état des lieux des bâtiments voisins et souscrivez (vous ou l’entreprise) une assurance de type « tous risques chantier » pour couvrir les dégâts qui y seraient générés.
  • Une étanchéité réalisée en cimentage sera rarement suffisante pour des caves ou des locaux habitables. Dans la plupart des cas, une étanchéité de type bitumeuse sera conseillée.
  • Pensez à faire percer chaque alvéole des hourdis qui sont posés, même s’ils ne sont pas soumis aux intempéries : l’eau de chantier pourrait remplir celles-ci et ressortir, parfois quelques années plus tard.
  • En cas de pose d’un poêle ou d’une nouvelle chaudière, il sera sans doute nécessaire de tuber le conduit existant. Le coût de ce travail n’est pas à négliger.
  • Sous toutes fondations ou ouvrages enterrés, prévoyez un fil de terre en cuivre relié à l’installation électrique. Le coût de cette précaution est bien moindre que celui qui sera nécessaire en cas de constat d’insuffisance sur l’installation
  • Dès que le terrain sera en pente vers votre construction, prévoyez des avaloirs de récolte d’eau pluviale : les intempéries de débits importants deviennent de plus en plus fréquentes et de plus en plus violentes.
  • Un dégraisseur doit être entretenu en général une fois tous les ans. Après la pose de celui-ci, commencez par vérifier tous les 3 mois ; puis espacez si possible cette périodicité à 6 mois et par la suite à un an. Tant qu’il n’est pas rempli, inutile d‘augmenter la fréquence retenue.
  • Prévoyez toujours une possibilité d’évacuation pour les eaux pluviales lors de mise en place de systèmes de ventilation ou de prise de lumière enterrés.
  • Il est toujours préférable que le nettoyage d’un chantier se fasse au fur et à mesure de celui-ci. Il en va de la sécurité des ouvriers. De plus, cela évite des enfouissements sauvages et de mauvaises découvertes par la suite.
  • Pour les réseaux d’égout, évitez de laisser des chambres de visite comportant des chutes, dont le fond n’est pas rincé par des eaux abondantes (pluviales) ou fréquemment utilisées : cela conduirait inévitablement à des dépôts ou des bouchons.
  • Si des nouveaux raccordements au gaz, à l’eau, à l’électricité ou à d’autres impétrants doivent être réalisés, prévoyez-ceux-ci à l’avance. Les délais sont parfois longs.
  • Avant le premier coup de pelle ou de pioche, une déclaration doit être réalisée par l’entreprise intervenant et un QR-code doit être affiché de manière visible sur chantier.
  • En tant que propriétaire, vous êtes aussi responsable de la sécurité des hommes sur votre chantier, en ce compris le respect des mesures de distanciation sociale et du port du masque. N’oubliez pas, les amendes peuvent être salées.
  • Lors de travaux de terrassement, veillez à ce que les talus soient protégés des intempéries afin d‘éviter que les travaux ne doivent être recommencés plusieurs fois.
  • Ne négligez pas l’impact des modifications de chauffage, de sanitaires et d’électricité lors de travaux de rénovation. Ces interventions commenceront dès les démolitions et peuvent avoir un impact significatif sur le coût final.
  • Si vous refaites complètement une toiture, définissez bien les éléments de protection qui seront posés durant ces travaux : des bâches ne sont jamais parfaitement étanches et une assurance ne remboursera que rarement à neuf ! Mieux vaut prévenir que guérir !
  • En cas de rénovation, ne laissez aucun élément en bois dans des anciens murs avant de plafonner ceux-ci. Le plafonnage induit un apport d’eau important qui fait mauvais ménage avec le bois.
  • Un confinement pour cause de COVID-19 peut être considéré comme un cas de force majeur et donner droit à des prolongations de délais pour l’entreprise concernée.
  • Le séchage de tout élément en bois qui est humidifié pendant un chantier est à contrôler avant la réalisation des finitions. A défaut, les conséquences ne se manifesteront parfois que quelques années plus tard. Pensez-y, surtout en ossature bois !
  • Ne démarrez pas un chantier sans avoir désigné (ou sans que votre architecte n’ait désigné) un coordinateur sécurité. Des formalités doivent être réalisées par ce dernier, même avant le démarrage du chantier.
  • Avant de démarrer un chantier, vérifiez avec l’entrepreneur que les échafaudages, les étançonnements, le transport et tous les postes annexes sont bien compris dans le prix de base.
  • Avant tout chantier de rénovation, avertissez votre assurance incendie, vol et dégât des eaux, afin d’être sûr d’être couverts en cas de sinistre : le bien n’est pas en conditions d’assurabilité normales et l’assurance pourrait refuser d’intervenir.
  • Pour toute nouvelle construction, l’implantation doit être vérifié par un géomètre. Le résultat de ce mesurage doit être transmis à l’administration communale. Il est généralement signé par l’architecte, l’entrepreneur et le propriétaire. Soyez vigilants lors de ce contrôle.
  • En période de confinement, pensez à laisser ouverts vos systèmes d’aération et vos systèmes de ventilation mécanique : l’occupation du bien est plus importante qu’en temps normal et le renouvellement d’air encore plus indispensable.
  • Pour les systèmes de ventilation, préférez les gaines de section ronde et minimisez les coudes et les écrasements : le rendement sera meilleur, la durée de vie des ventilateurs aussi et l’installation sera plus silencieuse.
  • Pour les vérandas, encore plus que pour les autres pièces, prévoyez un système de ventilation permettant d‘évacuer les excès de chaleur en été.
  • En cas de briques sans joint, soyez deux fois plus attentifs aux raccords d’étanchéité en bas de mur et au droit des fenêtres ; les quantités d’eau qui passeront derrière le parement sont bien plus importantes.
  • La hauteur d’un garde-corps devrait être de minimum 110 cm pour éviter que le centre de gravité des occupants ne soit positionné au-dessus de ceux-ci, induisant un risque de chute.
  • Aujourd’hui, les châssis en aluminium sont bien plus performants que ceux d’il y a quarante ans. Par contre, ils sont plus épais et les profilés sont plus larges : ils laissent donc entrer moins de lumière. L’impact sera significatif pour les châssis de petites dimensions.
  • Le label CE (certification européenne) sur les produits de construction permet de garantir certaines caractéristiques du produit. À ne pas confondre avec le logo CE (China Export).
  • Pour les façades en brique, ne perdez pas de vue qu’il existe toute sorte d’alternatives aux briques posées sur un lit de ciment : brique collée, profilée, avec ou sans joint. De nos jours, la brique s’adapte à tous les styles.
  • Pour l’étanchéité des murs enterrés des caves, préférez une membrane de type bitumeuse à un cimentage et un coaltar, les garanties dans le temps seront bien meilleures. Prévoyez également un drain extérieur au niveau des fondations.
  • Faites placer votre thermostat dans un local neutre dont la température d’ambiance n’est pas influencée par l’ensoleillement. À défaut, vous risquez de ne pas pouvoir chauffer certaines pièces.
  • Lorsque vous réalisez des travaux d’isolation, pensez à prendre des photographies pour permettre au certificateur qui interviendrait (un jour) sur votre bien de prendre en compte cette isolation.