Ventiler, le vrai du faux !

Ventiler, le vrai du faux !

La ventilation de nos constructions est indissociable de leur isolation et de leur étanchéité à l'air. Ces trois axes permettent de diminuer les besoins en énergie afin de répondre aux critères de performances énergétiques et de réduire vos consommations énergétiques. Trop souvent, pour des travaux de minime importance, des erreurs sont constatées qui peuvent être lourdes de conséquences lors de rénovations futures. Passons en revue quelques expressions fréquemment entendues et contrôlons-en le vrai du faux.

« IL EST ILLOGIQUE DE VENTILER ALORS QU'ON TENTE D'ISOLER UN MAXIMUM ! CELA NE FAIT QUE REFROIDIR DAVANTAGE ! »

PARTIELLEMENT VRAI...

Cette réflexion vous fera peut-être sourire, mais elle est encore fréquemment entendue dans la bouche de candidats bâtisseurs ou rénovateurs. Pourtant, il faut savoir que lors de la réalisation de bilans thermiques sur des habitations, les pertes par ventilation représentent en général 5 à 15 % des pertes globales du bâtiment, la plus grosse partie de la chaleur étant perdue par transmission au travers des différentes parois. S'il est vrai que ventiler va induire quelques pertes complémentaires, elles seront toutefois moins importantes que les gains engendrés par l'augmentation de l'isolation et par une attention portée à l'étanchéité à l'air. Le problème doit donc être abordé autrement : isoler une construction de manière importante sans la ventiler risque de la rendre rapidement inutilisable. 

Différentes solutions existent — ne manquez pas de les découvrir lors de vos rencontres au Salon — pour limiter les pertes par ventilation : des aérateurs de châssis qui s'ouvrent et se ferment automatiquement en fonction de la demande ; des extracteurs mis en route par des détecteurs d'hygrométrie, d'humidité ou de particules volatiles ; des systèmes de récupération de chaleur sur l'extraction d'air chaud. 

« LE SYSTÈME DE VENTILATION A UNIQUEMENT NATUREL VA BIENTÔT DISPARAÎTRE »

C'EST FORT PROBABLE. 

Pour mémoire, la norme relative à la ventilation des habitations propose quatre systèmes qui se différencient par la manière dont l'air frais rentre dans les pièces dites sèches (salon, chambre, bureau) et dont l'air vicié ressort des pièces dites humides (WC, cuisine, salle de bains, buanderie). Le système A consiste à faire entrer l'air naturellement par des aérateurs situés dans les pièces sèches et à le laisser sortir naturellement par des conduits principalement verticaux situés à proximité du haut de la toiture. Étant donné le niveau de performances à atteindre dans les années à venir, il est fort probable qu'il ne soit plus envisageable de poser de tels systèmes relativement incontrôlables. La récupération de la chaleur extraite de l'habitation va devenir incontournable, que ce soit par la mise en place de systèmes C (entrée d'air naturelle dans les pièces sèches et extraction mécanique dans les pièces humides) ou de systèmes D (entièrement mécaniques avec échangeur de chaleur).

« LA POSE DE GRILLE DE VENTILATION N'EST PAS OBLIGATOIRE DANS LES CHÂSSIS LORS DE LEUR REMPLACEMENT »

VRAI DANS CERTAINS CAS ET POURTANT... 

Pour les travaux nécessitant un permis, un responsable PEB doit être désigné. Son rôle sera notamment de prescrire les mesures de ventilation nécessaires en fonction de l'ampleur du projet. Toutefois, la plupart des travaux de remplacement de châssis ne demandent pas de permis. Dans ces cas, il est vivement conseillé d'envisager le bâtiment dans une logique de rénovation à long terme. 

Si vous changez vos châssis aujourd'hui et isolez les façades et/ou la toiture d'ici quelques années, anticipez dès à présent le système de ventilation que vous poserez ultérieurement dans votre construction. S'il s'agit d'un système double flux, il n'y a aucune raison de poser des aérateurs au niveau des châssis. Par contre, si vous envisagez un système de ventilation de type C ou C à la demande, il est fort probable que vous regretterez d'ici quelques années de ne pas avoir posé d'aérateurs lors du remplacement des châssis.


Il est dommage de constater, que certains menuisiers n'entament pas cette réflexion globale avec leurs clients lors de la remise de devis. Rappelons que l'audit énergétique, même moins subsidié depuis 2015, permet d'avoir un fil conducteur à long terme des travaux à réaliser et de l'ordre logique de ceux-ci.

« IL SUFFIT D'OUVRIR LES FENÊTRES POUR NE PAS AVOIR DE PROBLÈMES DE CONDENSATION NI DE MOISISSURES »

VRAI ET FAUX. 

En effet, lorsqu'un logement est bien isolé et étanche à l'air, il agit à la manière d'un thermos. La moindre fuite d'air ou le moindre défaut d'isolation risque de provoquer un phénomène de condensation et de moisissures. L'ouverture manuelle des fenêtres ne permettra que de réduire ponctuellement ces problèmes. Elle permettra sans doute de les minimiser pendant un certain temps, mais une fois que le comportement à l'intérieur de la construction changera, par l'arrivée d'un nouveau propriétaire par exemple, il est fort à parier que les problèmes se manifesteront rapidement. De plus, l'ouverture des fenêtres en plein hiver induira des pertes plus importantes que celles qui auraient été engendrées par la pose d'un aérateur ou d'un extracteur bien réglé. Cette ouverture manuelle augmente également le risque d'effraction ou d'intrusion d'insectes à l'intérieur de l'habitation.

« ON PEUT PRODUIRE DE L'EAU CHAUDE EN VENTILANT »

VRAI. 

Avec le renforcement des normes PEB et l'isolation croissante de nos bâtiments, la consommation induite par la production d'eau chaude sanitaire devient proportionnellement plus importante que la consommation pour le chauffage. Plusieurs firmes et fabricants se sont donc penchés sur la récupération possible de la chaleur extraite par la ventilation. Ils proposent des systèmes pour s'en servir afin de produire de l'eau chaude sanitaire. Le gain de tels systèmes, annoncé par les fabricants, est de 30 à 40 points sur le niveau de consommation E. Dans certaines configurations, il est également possible de récupérer la chaleur de la ventilation pour préchauffer un ballon tampon destiné à couvrir partiellement les besoins en chauffage. 

La ventilation, pensez-y aujourd'hui en rénovation comme en construction neuve, pour ne plus avoir à vous en soucier demain !



-
-JE SOUHAITE RECEVOIR DE L'INFO SUR CETTE THEMATIQUE