Le belge a et aura toujours une brique dans le ventre

Le belge a et aura toujours une brique dans le ventre
Réalisation briques belges Vandersanden

Jusqu’avant la seconde guerre mondiale, la plupart des habitations étaient construites en briques pleines. Certes, ces bâtisses ne sont pas très isolées, mais elles offrent par contre une inertie thermique et un confort importants. Pour les rendre plus performantes, il est conseillé de les isoler par l’extérieur afin de conserver cette inertie.

À partir de 1945, les constructions se sont vues dotées de murs creux, appelés également « murs à coulisse » suite à la lame d’air présente entre la structure portante et le parement. Ces murs dotés d’un vide sont plus complexes à isoler, que ce soit par l’intérieur, par l’extérieur ou par injection dans la coulisse. 

Près de 25 ans plus tard, crises pétrolières obligent, ces lames d’air se sont progressivement remplies d’isolant. Tout d’abord des épaisseurs de 2 à 3cm, pour arriver aux standards PEB d’aujourd’hui (10 à 12cm) ou passifs (30cm).  

Briqueterie Vandersanden au salon ENERGIES + CONSTRUCTION

Toutefois, comme les normes se renforcent d’année en année visant 20% d’énergie renouvelable en plus, 20% de production de CO2 en moins et 20% d’efficacité complémentaire pour 2020, ces épaisseurs d’isolant au sein de la coulisse commencent à devenir problématiques, car gourmandes en place par rapport à des murs en ossature ou en enduits sur isolant.

Mais, que les belges se rassurent ! Les fabricants, conscients de cette problématique, regorgent d’idées afin de vous permettre de conserver des façades en briques. Briques de moindre épaisseur ou briquettes à poser sur des isolants, les solutions sont multiples et vous feront gagner de précieux centimètres ! 
 

Briques belges Nelissen

-
-JE SOUHAITE RECEVOIR DE L'INFO SUR CES PRODUITS