La ventilation, oui, mais à la demande !

Renson-ventilation-System-C.jpg
Isoler, étanchéifier à l’air et ventiler sont les trois piliers de base d’un bâtiment énergétiquement performant. De nos jours, seuls deux des quatre systèmes normatifs de ventilation sont encore mis en œuvre : les systèmes C et les systèmes D. Certains de ces systèmes sont dits « à la demande ». Qu’entend-on par là exactement ?
 
Diminuer la durée de fonctionnement pour moins consommer
 
Il est aisé de comprendre que pour minimiser les déperditions par la ventilation et limiter la quantité d’air chaud rejeté hors de la construction, le système de ventilation ne doit fonctionner que quand l’air d’une pièce le nécessite.

Dans un système dit « à la demande », des capteurs posés sur les bouches d’extraction limiteront au maximum le fonctionnement des extracteurs d’air. Il peut s‘agir de capteurs d’humidité, de capteurs de CO2 et de détecteurs de particules volatiles. C’est pourquoi il est important de raccorder chaque pièce de la construction par une tuyauterie distincte vers le groupe de ventilation. À défaut, l’air sera extrait dans plusieurs pièces simultanément, alors que ce ne sera pas nécessaire.
 


Dans quelles pièces ?
 
Rappelons que la norme prévoit de pulser de l’air neuf dans les pièces dites sèches (salon living, bureau, chambre) et de l’extraire dans les pièces dites humides (cuisine, w.c., salle de bain et buanderie). Les systèmes de ventilation à la demande concernent essentiellement les pièces humides hors desquelles l’air est extrait.
 
Système C ou D ?
 
Les systèmes de ventilation fonctionnant à la demande sont essentiellement de type C. Ils  laissent rentrer naturellement l’air neuf dans les pièces sèches via des aérateurs et extraient l’air humide mécaniquement uniquement lorsque l’ambiance de la pièce le nécessite.

Les systèmes de type D ou double flux devant être équilibrés (la quantité d’air pulsé dans la construction devant correspondre à la quantité d’air extrait), il n’est pas conseillé d’appliquer les systèmes « à la demande » qui déséquilibreraient l’ensemble.
 
Les gains sur les indicateurs PEB engendrés par les systèmes C à la demande sont presque équivalents aux gains induits par les systèmes D (double flux), tout en restant légèrement inférieurs. Les systèmes C à la demande restent toutefois plus aisés à mettre en œuvre en rénovation et moins onéreux, également lorsqu’ils sont placés en constructions neuves.

-
-JE SOUHAITE RECEVOIR DE L'INFO SUR CETTE THEMATIQUE